Sex and horror

lundi 10 décembre 2007

Du sexe à l'excès


Véritable gourmande, l'accro du sexe jouit d'une sexualité débridée et d'une réputation pas fameuse. Consommatrice d'hommes sans modération, elle assume parfaitement sa sexualité, pense plaisir, laisse parler ses envies. Aline, 27 ans, assume parfaitement son statut de « sex addict » : « Accro au sexe, moi ? Oui et alors ?! Enfin une addiction qui ne nuit pas à la santé, si on se protège, évidemment. Le sexe me permet de me sentir vivante ».

Les boulimiques de sexe sont dans l'excès, bien loin du domaine de la pathologie, comme le précise le Docteur Jean-Claude Matysiak* : « Cela commence à être une maladie lorsque cela devient compulsif. La personne ne peut s'en empêcher et en souffre. L'addiction sexuelle devient le centre de la vie au dépend des autres intérêts, on appelle cela la centration ». Il souligne encore : « La réalité des consultations est différente. Ce que l'on voit en clinique, ce sont des accros aux sites pornos et à Internet, majoritairement des hommes. Une sexualité riche, plus riche que la « norme » n'a rien de pathologique. Cela peut cacher un mal être, une incapacité à avoir une relation stable ».

Libellés : , , , , ,

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]



<< Accueil