Sex and horror

lundi 4 février 2008

Une île de déchets gigantesque!




Elle serait grande comme la France et ne serait composée que de déchets voguant au milieu du Pacifique. Cette île, dont aucune photo ou vidéo n'atteste l'existence (seuls des témoins de l'Algalita Marine research Fondation affirment l'avoir vue), existerait pourtant bien, selon certains scientifiques.

Avec le temps, la force des vagues, l'impact de l'eau et du sel, des déchets de plastique se seraient fractionnés en petits morceaux de quelques millimètres à peine. Les forts courants océaniques les auraient ensuite rassemblés avec pour résultat un espace saturé de détritus sur plusieurs mètres de haut et surtout sur une surface de 3,5 millions de km2, soit environ la taille de la France. Les Américains l'ont nommé The Great Pacific Garbage Patch ou The Pacific Trash Vortex.

Quantité astronomique
Le phénomène est envisagé depuis quelques années déjà. Dans les années 90, les recherches de l'océanographe Charles Moore, membre de l'équipage de l'Algalita marine research Fondation, avaient déjà affirmé de l'existence de ces "îles". En analysant la quantité de déchets dans cette région - comprise entre Hawaï et la Californie, Charles Moore avait calculé pas moins de trois millions de morceaux de plastiques par km2.

D'après des études récentes, le centre de l'île (le Trash Vortex) aurait une concentration de six kilos de plastique pour seulement un kilo de plancton. D'autres plaques de déchets auraient été observées près du Japon et à proximité des Bahamas.

En danger
La faune marine s'est accommodée de ce tas de plastique, l'utilisant comme abri. Hélas, les oiseaux et les tortues le confondent avec le plancton et ingèrent donc une importante quantité de plastique. Une pollution qui s'immisce au plus profond de leur organisme.

Loin de préoccuper les politiques du monde entier, cette zone est laissée en quelque sorte à l'abandon. La politique de l'autruche pour une région peu poissonneuse: aucun pays ne veut assumer sa responsabilité et encore moins de leur nettoyage. Car ces détritus proviennent essentiellement de la terre ferme (pour seulement 20% au bénéfice des bateaux). La question des déchets n'est donc pas prête de se terminer de si tôt¿

(7sur7)

Libellés : , , , , ,

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]



<< Accueil